Connect with us

IDÉES DE FILM

SCREAM 3 – Et si, Wes Craven avait dévoilé l’affaire Weinstein dans son film / LA CAVERNE DES FILMS #23

Published

on

SCREAM 3

SCREAM 3 – Un mauvais opus pour clore la trilogie

 

En effet, on ne peut pas dire que SCREAM 3 fût une réussite. Après un second opus, original et prenant, nous avions assisté à un troisième volet sans véritables enjeux scénaristiques. A part, celui d’en finir avec cette trilogie.

Le premier point faible du long-métrage est le départ de Kevin Williamson. Si, les deux premiers épisodes ont cartonné, c’est aussi le fait que ce dernier soit à l’écriture.

Il faut rappeler, qu’à cette époque, c’était le scénariste le plus demandé à Hollywood.

Malheureusement, une mésentente avec Wes Craven a fait que le bougre n’a été pas impliqué dans le scénario. D’après mes souvenirs, il en avait présenté un jugé trop violent et similaire au massacre de Columbine. Toutefois, ce qu’il proposé était novateur et méritait le coup d’œil. 

Par contre, il y est mentionné comme producteur.

Le second point faible est le casting. Nous avions l’habitude de voir des comédiens de séries TV. Leur apparition faisait réveiller en nous quelque chose de particulier. Nous étions dans cette fameuse époque, où ciné et tv ne faisaient qu’un. Ce ne fût pas le cas avec SCREAM 3. Bien que le méchant du film soit un acteur de Felicity.

 

SCREAM 3 – Comment se faire spoiler une saga ?

 

J’étais jeune et inconscient de ce que j’allais commettre. Je n’avais pas eu l’occasion de voir les précédents films, mais j’étais déjà accroc à cette saga (voir la caverne des films sur SCREAM). J’avais vu une publicité à la TV annonçant la sortie en VHS du long-métrage. Je voulais le voir, malheureusement, je ne savais pas que les films étaient liés.

Du coup, un samedi soir, je suis allé louer la cassette vidéo dans le vidéo-club du quartier et j’ai l’ai regardée. 

A l’époque, j’avais trouvé ça un peu too much, mais je le considérais comme un bon film. Ça, c’était avant que je voie les autres.

L’intrigue ne m’avait pas emballé des masses, puis, il y avait beaucoup trop de références aux deux derniers épisodes. Mon manque de connaissances a fait que je n’ai pas profité à fond du film.

Je me suis fait spoiler la mort du Randy dans le second opus. Personnage qui deviendra dans le futur, celui que je préfère.

J’ai découvert un Cotton Weary innocent, alors qu’il était inculpé d’homicide dans le premier film. Enfin, j’ai appris le nom des deux criminels du premier opus.

Après cela, le spoiler n’a plus eu de secrets pour moi. Et désormais, si un nouveau film d’une saga sort, je m’oblige à regarder tous les autres volets avant d’aller voir le dernier. Ouf, j’ai pris de l’avance pour SAW.

 

SCREAM 3 – Une intrigue lourde et une héroïne absente

 

Pour rappel, Neve Campbell a toujours voulu se détacher du rôle de Sidney Prescott. De ce fait, il était difficile pour elle d’apparaître encore une fois dans un SCREAM. Pour autant, le public l’attendait. Il souhaitait voir son héroïne sur grand écran pour un dernier affrontement. 

Neve Campbell signa donc pour SCREAM 3, mais ses apparitions sont limitées. Pour ma part, cela fait plus office de caméo. 

De plus, le scénario de Williamson étant refusé et le massacre de Columbine s’étant déroulé la même année, il fallait trouver quelque chose, à la fois proches de la saga d’origine mais aussi assez édulcoré.

De ce fait, on s’intéresse à la mère de Sidney et au monde du cinéma. On y découvre que la mère a eu un fils et que ce dernier, a été rejeté par cette dernière. Nous apprenons que par vengeance, il est à l’origine des meurtres du premier film. Les incohérences s’enchaînent et on voit bien que le scénariste veut en finir avec cette saga. Il expédie la fin avec une révélation totalement bidon et clôture le long-métrage de la plus mauvaise des façons.

SCREAM 3 est quand même bien mauvais et se créer des enjeux ridicules afin de nous tenir en haleine. Sans blague, on connaît l’identité du méchant dès les premières minutes. Et ce n’est pas son transformateur de voix qui nous fera dire le contraire. 

Heureusement que dix ans plus tard, ils ont fait un quatre qui relève le niveau.

SCREAM 3 – Parallèle avec l’affaire Weinstein

 

Et si, Wes Craven avait dénoncé les agissements d’Harvey Weinstein via Scream 3. Et si, Ehren Kruger avait créé le rôle du producteur John Milton, pour dévoiler le scandale. Rappelons juste qu’Harvey Weinstein, alors patron de Miramax, était producteur de la saga SCREAM.

Effectivement, beaucoup suppositions, mais, le parallèle est assez étrange.

Dans ce dernier volet, on y découvre une affaire sordide dans laquelle, la mère, s’est faite violée par un producteur sadique et très puissant. Ce dernier est accessoirement le producteur du film d’horreur STAB. 

Pour les aficionados de la franchise, STAB est la saga qui est adaptée des événements qui ont eu lieu dans les films SCREAM.

John Milton avoue que pour réussir à Hollywood, il faut coucher. Et beaucoup de comédiennes ont dû passer par là pour réussir.

Quand on sait que Rose McGowan jouait dans le premier SCREAM, peut-être que Wes Craven a été tenu au courant. 

De plus, on sait qu’il adorait faire des parallèles et SCREAM en est le principal exemple de ce genre d’exercices.

Pour finir, peut-être aussi, qu’il souhaitait condamner avec Ehren Kruger les agissements de certains pontes d’Hollywood.

En tout cas, merci à un internaute sur Twitter qui a mis cette supposition sur le feu, car ça m’a permis de revoir SCREAM 3 et de vous en parler.

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.