Connect with us

IDÉES DE FILM

SAW 3D – Chapitre Final – Attention, c’est une véritable boucherie colorée à l’intérieur ! – Idée de film

Published

on

Saw 3D

SAW 3D – L’épisode de trop  ?

 

Effectivement, le sixième opus ayant provoqué le compte à rebours final de la saga, les producteurs ainsi que James Wan ont décidé précipitamment de mettre fin à leur saga lucrative.

Mais de quelle façon ?

Bien évidemment, nous sommes à Hollywood et une saga se terminant de la meilleure des façons, ils ne connaissent pas.

Il faut avouer que le long-métrage a bénéficier d’un énorme coup de pouce… LA 3D.

En effet, sans cette fabuleuse technologie qui aura coûter des tunes à bon nombre de spectateurs comme moi, à sauver la franchise du désastre apocalyptique.

 

SAW 3D – N’est-ce pas fabuleux de voir des personnes se faire étriper en relief  ?

 

Sur le papier, l’idée est plutôt cool. En 1982, Steve Miner avait permis à la saga Vendredi 13 d’exploser au Box-Office grâce à cette technologie. Freddy Krueger a, lui aussi bénéficier de ce coup de pouce avec son avant-dernier opus “La fin de Freddy – l’Ultime Cauchemar”. Quoique l’exemple est un peu mal choisi puisque la 3D n’intervient que lors de la dernière partie du long-métrage.

Cependant, concernant le cas de SAW, ça aurait pu être vraiment intéressant. L’expérience cinématographique aurait dû être bluffante. Malheureusement, l’annonce fût mensongère afin de permettre au film de se vendre. Pour être honnête, les scènes en 3D se comptent sur les cinq doigts de la main et ce n’est en aucun cas des scènes de tueries qui sont mis en avant.

 

SAW 3D – Mettre toutes les chances de son côté pour sortir par la grande porte

 

En plus de rappeler certains comédiens des précédents volets, la production a fait un choix crucial pour éviter au long-métrage d’être classifié NC-17. En effet, n’assumant pas son statut de film d’horreur bien gore et voulant avant tout se faire un fric monstre, les producteurs ont décidé de coloriser le sang. De ce fait, du sang de rose s’échappe du corps des victimes.

Un excellent coup de marketing, qui sera très vite montrer du doigt par les spécialistes du genre. Ne l’ayant pas vu au cinéma, je dois vous avouer que je penser avoir une défaillance sur ma TV quand j’ai commencé à la regarder.

 

SAW 3D – Une intrigue tordue et un comédien has-been

 

L’intrigue est divisée en trois parties, nous suivons la suite des aventures du Docteur Gordon, interprété par Cary Elwes. Ensuite, on voit ce qu’il sait passé après le cliffhanger du sixième volet et enfin, nous avons le droit d’avoir une nouvelle intrigue avec un tout nouveau personnage.

Toutefois, tout est bien imbriqué, d’ailleurs, le Twist final est plutôt sympathique. Même si, un peu tiré par les cheveux. Le souci est le comédien principal joué par le grand Sean Patrick Flanery. Rappelez-vous, c’est lui qui s’est glissé dans la peau d’Indiana Jones Junior dans la série du même nom.

Acteur pseudo populaire dans les années 90, il est rapidement devenu has-been. Quelques téléfilms et séries annulées plus tard, on le revoit dans SAW 3D.

Son jeu si extraordinaire est resté intact, il en fait comme toujours des caisses. Cette résurrection cinématographique n’a pas été si bénéfique pour sa carrière d’acteur. Le seul point positif, c’est qu’il se retrouve désormais, dans des conventions car  il a joué dans SAW.

 

SAW 3D: La conclusion

 

Après mon marathon SAW, je peux avouer que le septième est le plus mauvais de la franchise. Bien que le Twist soit sympathique, l’ensemble du film reste très moyen. Par contre, nous sommes content de voir le chanteur de Linkin Park, le regretté Chester Bennington dans le long-métrage. Sa scène est l’une des plus trash du film.

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.