Connect with us

IDÉES DE FILM

ONLY GOD FORGIVES – Duo emblématique pour un film énigmatique / LA CAVERNE DES FILMS #19

Published

on

Only God Forgives

Only God Forgives – Chef-d’oeuvre indéniable ou navet involontaire

J’attendais avec impatience le retour de ce nouveau duo emblématique du cinéma.

Après l’excellent DRIVE, ils reviennent avec une sorte d’ovni cinématographique qui fait parler, mais surtout qui fait réfléchir.
En effet, face à ce polar, je suis partagé entre deux sentiments, soit c’est un Chef d’œuvre indéniable ou un navet involontaire. Mais, je me rapprocherais plus de la première option, au vu de sa qualité de la mise en scène irréprochable.

Only God Forgives – Un long-métrage assez complexe et perturbant.

Tout d’abord Refn emprunte beaucoup de techniques à de nombreux réalisateurs tels que Kubrick ou encore Gaspard Noë. Ensuite, la base de l’histoire est assez simple, beaucoup la prendront comme la faiblesse du film. Personnellement, je la verrais plus comme une astuce afin de développer un sous-texte qui sera compris à la seconde vision du long-métrage. La mise en scène est égale à celle de son précèdent film, ce qui provoque un malaise furtif, certes, mais néanmoins présent. La violence y est de mise aussi, nous avons rarement vu une violence aussi prononcée et déstabilisante.

Ensuite, la musique est tout simplement magnifique, et même si les synthés sont de sortie, elle est totalement différente à celle de DRIVE. Ce qui prouve que le réal voulait changer d’environnement. Et elle reste marquer dans nos mémoires à la fin de la projection.

Only God Forgives – Un casting bluffant

Ryan Gosling est assez mystérieux à la limite de l’autisme, souffrant d’un complexe d’Œdipe et est totalement sous la domination d’une mère tyrannique jouée par la méconnaissable Kristin Scott Thomas.

J’aurais préféré un final un peu plus soigné et un peu moins bizarre. C’est ici que réside la faiblesse du film, qui nous fait finalement réfléchir sur l’ensemble de son contenu.

Cependant, malgré ces nombreux petits défauts qui s’accumulent et qui perturbent cette production quasi-indépendante, nous pouvons dire que le réalisateur a fourni un travail minutieux afin que l’on parle encore de sa création après sa diffusion.

Pari réussit, Only God Forgives, fait débat encore maintenant

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.