Connect with us
Ridicule Ridicule

IDÉE DE FILM

Ridicule : Et pour une fois, il tue ! – Idée de film

Published

on

Ridicule, la Cours de France pleine d’apparences et de faux semblants

Quand on pense à la cour de Versailles, on pense irrémédiablement à Louis XIV et aux deux souverains suivants. On a cette image d’aristocrates précieux, au visage poudré blafard et surchargés de plumes. Mais ce qu’on a tendance à assimiler également à la cour de France, c’est tout un univers d’apparences et de faux-semblants. Et un des films qui illustrent mieux ce propos, c’est Ridicule !

L’histoire se déroule en France, vers la fin du 18è siècle. Notre protagoniste est le baron Grégoire Ponceludon de Malavoy, un jeune nobliau fauché. Mais ses terres souffrent d’un mal bien particulier. En effet, les marais de la Dombes causent maladies et épidémies au sein de ses paysans. Si bien que la seule solution pour arrêter ce désastre serait de les assécher. Mais pour ça, il faut l’autorisation du roi en personne. C’est la raison pour laquelle Grégoire décide de partir pour Versailles dans le but d’obtenir son autorisation.

Le baron de Malavoy arrive donc à la cour de Louis XVI. Cependant, il ne s’attend pas à devoir prendre part à une toute autre bataille… Oui, la cour du Roi de France est en réalité une véritable arène où tous les courtisans se mènent une lutte acharnée pour obtenir les faveurs royales. Coups bas, arrogance, manipulation, joutes verbales, traits d’esprit… Tous les moyens sont bons pour ruiner la réputation de ses adversaires et les tourner en ridicule.

Ridicule est un vrai portrait au vitriol d’une noblesse décadente

Ridicule est réalisé en 1996 par Patrice Leconte, que l’on connaît également pour la trilogie de films Les Bronzés. Il connaît un véritable succès à sa sortie, dépassant les deux millions d’entrée en France comme en Europe. Le film va même jusqu’à remporter quatre Césars en 1997, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. Et il va même jusqu’à se payer le luxe d’être nominés aux Oscars et Golden Globes 1997 dans la catégorie meilleur film étranger. Et on comprend finalement pourquoi lorsqu’on le visionne.

Ridicule est un vrai portrait au vitriol d’une noblesse décadente dont la pure vanité entraîne la perte. Chaque trait d’humour qui a pour but d’amuser le roi est un vrai poison pour celui qui se le prend en pleine figure. Une claque à la laquelle il doit répondre pour ne pas perdre la face. Si bien que l’expression disant que le ridicule ne tue pas n’a jamais été aussi fausse. Ici, il est littéralement mortel tant l’idée de se faire humilier terrifie tous les nobles de la cour. Tous les moyens sont bons pour être le centre d’attention, quitte à blesser l’autre voire ruiner sa vie. Et le pire c’est que tableau cynique des courtisans de l’époque reste, ironiquement, d’actualité.

Ridicule est un grand moment de cinéma pourvu de dialogues exquis

Le casting sait quant à lui être très bon. Charles Berling nous offre une bonne prestation dans le rôle de Grégoire. Un petit baron qui va apprendre la dure loi de la cour et jouer avec ses règles. Il est pris sous l’aile du marquis de Bellegarde incarné par Jean Rochefort, amateur d’esprit mais peu capable d’arriver à ses fins. On peut également noter les prestations de Fanny Ardant dans le rôle d’une perfide comtesse ou Bernard Giraudeau en religieux prétentieux. Les acteurs font montre de beaucoup de justesse. Si les profils des courtisans peuvent être parfois un peu caricaturaux, le protagoniste a un développement intéressant. Le fringant jeune homme va vite laisser tomber sur allure candide pour arborer le même masque de complaisance que les autres, au risque de devenir lui même aussi corrompu.

Ridicule est un grand moment de cinéma pourvu de dialogues exquis et un ton aussi critique que pessimiste. C’est un film absolument délicieux dans son propos et dans l’interprétation des acteurs qui rendent les personnages à la fois intrigants mais détestables. Le ton est parfois certes un peu pompeux. Mais le film est gonflé d’une ironie mordante qui nous force à nous retrouver face à notre propre vanité.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.