Connect with us

IDÉE DE FILM

DIE HARD : BELLE JOURNÉE POUR MOURIR – Déception quand tu nous tiens / LA CAVERNE DES FILMS #5

Published

on

Die Hard : Belle journée pour mourir

 

die

 

DIE HARD : BELLE JOURNÉE POUR MOURIR – Un crime contre l’humanité

La première trilogie signée McTiernan par deux fois (Piège de Cristal, Une Journée en Enfer) et par Renny Harlin (58 minutes pour vivre) est l’une des meilleures du cinéma d’action.

Chaque épisode possède son lot d’explosions, de répliques et de scènes cultes. Cette première trilogie permettra à Bruce Willis d’être propulsé au rang de stars. Et par la suite d’avoir une carrière honorable. Même si elle ressemble aux montagnes russes. Et dire qu’à la base les producteurs avaient pensé à Don Johnson ou encore à Richard Gere pour interpréter le personnage de John McClane.

Die Hard : Un retour en demi-teinte de la franchise

Cependant, 12 ans après la dernière aventure de policier le plus mal luné du 7e art, la Fox relance la franchise avec un 4e film certes un peu en deçà des premiers épisodes, mais qui reste très efficace. Toutefois, si l’action est moins réaliste, on assiste à un spectacle dantesque et nous avons le plaisir de retrouver un Bruce Willis dans le rôle qui l’a fait connaître.

Mais voilà, fort du succès de ce nouvel opus (un peu plus de 383 millions $ au Box Office), les producteurs et Bruce Willis se mettent dans l’idée de pondre un cinquième film puis un sixième. Et il faudra attendre six ans pour voir ce nouvel opus qui n’aurait jamais du voir le jour.

Die Hard : Le volet de trop

A la vue de la bande annonce, je me suis dit que ça allait être fantastique. L’esprit Die Hard y était présent. J’attendais avec impatience de le voir. C’était la première fois que j’aillais assister à la projection d’un Die Hard au cinéma et je m’en faisais une joie. Malheureusement, ma déception fût immense à la fin de la séance.

Die Hard : Belle Journée pour Mourir n’est pas un vrai Die Hard. Cette fois-ci John McClane provoque l’accident diplomatique. Alors que d’habitude, il en est la victime malgré lui. L’action est encore plus surréaliste que le quatrième volet. L’histoire est absurde et les acteurs sont en roue libre. Bref, le film n’a aucun intérêt.

Die Hard : Un casting pas franchement terrible

Bruce Willis assure le minimum syndical et se contente de balancer quelques phrases limites lourdingues. Il flingue à tout-va sans aucune véritable raison et essaye de jouer le rôle du père protecteur. Je dis bien essaye.

Ce cinquième film m’a permis de connaître et de détester le comédien Jai Courtney, qui, interprète le fils de John McClane. Et pour le moment, je n’ai pas encore vu un seul bon film avec lui. Si cette suite avait bien marché au cinéma, son personnage se serait retrouvé dans un spin-off. Ou bien, il aurait tout simplement remplacé Bruce Willis dans les autres Die Hard. C’étaient en tout cas les plans de la Fox.

Autre chose, le méchant est tout juste invisible. Sebastian Koch succède à une lignée de méchants emblématiques composés de (Alan Rickman, William Sadler, Jeremy Irons et Timothy Olyphant). Il est le plus faible, celui qui fait le moins peur et son histoire n’est pas terrible.

Die Hard : Conclusion

Pour finir, Die Hard : Belle Journée pour Mourir a été un échec commercial et critique, faisant un démarrage mitigé durant son premier week-end (25 millions $ ) et s’écroulant directement en seconde semaine avant d’atteindre un peu plus de 60 millions $ en fin de carrière. Seulement, voilà, un sixième film est en production puisque ce cinquième film a été un succès à l’étranger rassemblant près de 304 millions $.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.