Connect with us
minuscule 2 minuscule 2

CRITIQUE

Minuscule 2, un microcosmos plus déjanté que jamais ! – La Critique

Published

on

Minuscule 2, une folle course dans un monde infiniment petit

Et si on rétrécissait ? Et si on devenait…disons…aussi petits que des fourmis ? Qui sait ce qui peut se passer sous les grandes herbes ? Les insectes de Minuscule 2 ont la réponse !

C’est l’hiver. Les premières neiges tombent et les différentes colonies d’insectes se dépêchent de récolter de la nourriture pour pouvoir passer la saison sans soucis. Alors qu’elles tentent de piller une épicerie afin de récupérer une boîte, la Fourmi noire et son régiment d’ouvrières se font prendre en embuscade par un groupe de fourmis rouges. Ne voulant pas finir entre leurs pattes, il appelle à l’aide son amie Coccinelle qui accourt à la rescousse… suivie par son petit.

Malheureusement, au cours de l’escarmouche, le petit se fait renverser et enfermer dans un carton à destination de la Guadeloupe. La Coccinelle mettra alors tout en oeuvre pour retrouver son enfant. La Fourmi, de son côté, désire porter secours à son ami(e) et va alors quérir l’aide d’une petite Araignée débrouillarde. Tous vivront alors un voyage semé d’embûches vers les tropiques !

Suite directe de Minuscule : La Vallée des fourmis perdues qui a été primé aux Césars de 2015 comme meilleur film d’animation, Minuscule 2 : Les Mandibules du bout du monde semble comme une folle course dans un monde infiniment petit. Et pour cause, chaque insecte est tellement rapide qu’on a l’impression d’avoir à de petits bolides lancés à toute vitesse. Toutes les petites bêtes du film émettent un plus de ça des sifflements, bourdonnements et autres vrombissements pour s’exprimer entre elles. Renforçant ainsi cet aspect cocasse qui donne leur confère un charme fou.

Minuscule 2, une formule qui marche et qui plait

Les scènes du film s’enchaînent à une vitesse démente. Des séries de courses poursuites et situations invraisemblables qui rappellent les vieux cartoons de l’enfance où un oiseau se fait poursuivre par un coyote. Tous les protagonistes ont droit à leur petite scène de gloire. Que ça soit en pleine jungle guadeloupéenne, dans des cavernes humides ou sous la neige des Alpes.

Et question inventivité, Minuscule 2 sait se faire remarquer. Car bien que certains insectes nous soient relativement communs, leur caractère permet à chacun d’être unique. On pense notamment à l’Araignée qui, malgré son tempérament acariâtre, s’avère être une grande amatrice d’opéra et de musique classique. On peut également citer la récurrente Mante religieuse avec ses immenses yeux à facettes et son l’allure vampirique. Sa démarche semble venue d’un autre monde.

Cette odyssée de titan accomplie par des êtres si petits sait aussi se calmer pour nous proposer des moments plus tendres et poétiques. Et bien que les insectes soient tous des produits d’animations sur images réelles, la photographie du film reste somptueuse. Qu’on soit sous une pleine lune blafarde ou devant un coucher de soleil aux teintes d’or et de fushia, il y a toujours de quoi régaler nos prunelles.

Petit bémol cependant, les plus jeunes auront peut être un peu de mal à comprendre les insectes. En effet, le film ne comportant aucune parole et les personnages émettent de simples bourdonnements, il peut être compliqué pour les enfants de percevoir parfois leurs volontés.

Vous l’aurez compris, Minuscule 2 : Les Mandibules du bout du monde est un vrai régal d’animation. Il ravira les petits comme les grands. C’est une formule qui marche et nous fait revisiter le monde sous un autre angle.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.