Connect with us

CRITIQUES

IRON FIST SAISON 2 : Une saison meilleure que la première – La Critique

Published

on

Iron Fist saison 2 : Plus sombre et plus violent

Après une saison plus que mitigée, et quelques caméos appréciés notamment dans la dernière saison de Luke Cage, Iron Fist est de retour sans les erreurs du passé.

Après la destruction de la Main, Dany Rand doit affronter s’affronter lui-même et se recentrer sur sa vie. Il ne sait plus qui il est ni sa raison d’être. Sa compagne et compère, Colleen (Jessica Henwick), tente de l’aider à trouver son chemin dans la réalité comme dans son spirituel. Deux clans viennent s’ajouter à cela afin de conquérir la ville. A travers cette rivalité, renaît Davos. Jaloux de ne pas être l’immortel Iron Fist et voulant anéantir les clans pour installer la paix, il devient tout ce qu’il ne faut pas. Ainsi tout tourne autour de ce micmac d’intrigue.

La série s’est améliorée sur deux points : l’ambiance qui s’est noirci pour s’aligner aux autres comme Daredevil ou Jessica Jones, mais également une violence plus présente. Voilà ce qu’il manquait pour en faire une série TV comme il fallait.

La première saison était plutôt édulcorée, là, on en apprend un peu plus sur l’histoire de l’Iron Fist. Ce qui est le plus intéressant selon moi. On y découvre sa découverte du pouvoir mais également les relations entre lui et Davos. Cependant, Colleen prend un peu trop de place à l’écran, nous poussant malgré nous à l’a favoriser et oublier Danny.

Seul mystère total, la fin. Alors là, on a le sifflet coupé. Et surtout complètement perdu.

La saison 2 d’Iron Fist a relevé le niveau enfin, et on en attend un peu plus. On veut plus du gamin, on veut l’homme.

Avis sur le film
  • Scénario
  • Casting
  • Durée du film
4
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.