Connect with us
First Man First Man

CRITIQUES

FIRST MAN : Une page de l’Histoire – La Critique

Published

on

First Man : Le premier pas de l’homme sur la Lune

Sorti dans les salles le 17 octobre, First Man retrace une page primordiale de l’Histoire : le premier pas de l’homme sur la Lune.

Neil Armstrong, alors âgé d’une trentaine d’années, jongle entre son rôle de jeune père de famille et de pilote d’essai. En 1962, il intègre un groupe d’astronautes de la NASA. La suite de l’histoire, nous la connaissons. Il est le premier homme à marcher sur la Lune. First Man, c’est tout simplement son histoire. Nous suivons le parcours de cet homme iconique, entre 1960 et 1969.

Damien Chazelle, également réalisateur de La La Land, est décidément très bon.
Signant ici son cinquième long métrage, à seulement 33 ans, il nous offre son interprétation de la vie de Neil Armstrong. Sa position est claire : il fait le choix d’axer son film sur l’humain. Si vous vous attendez à avoir des révélations précises sur le déroulement des événements d’un point technique, passez votre tour. En revanche, si vous souhaitez découvrir l’homme, sa personnalité, ses sentiments, ses forces et ses faiblesses, n’hésitez plus.
Le principal avantage de ce choix, est l’immersion. Tout est fait pour que nous nous mettions à la place de Neil Armstrong. Et ce, que ce soit dans sa vie personnelle, comme professionnelle. Avec lui, vous irez dans l’espace, observerez d’un œil inquiet les boulons pas toujours bien serrés, et admirerez notre planète vue d’en haut.
Cette immersion peut parfois être perturbante, notamment à cause de quelques mouvements de caméra un peu trop prononcés.
Mais une chose est sûre : même s’il y a très certainement plusieurs passages romancés, First Man nous fait (re)vivre une véritable page de l’histoire.

 

Des airs de jazz qui nous font sourire

Je ne serai pas bavarde sur le casting. Tous les acteurs incarnent très bien leur rôle. Claire Foy est très attachante. Quant à Ryan Gosling… Et bien s’il reste fidèle à lui-même, le personnage de Neil Armstrong change de ceux de La La Land et de Blade Runner, et c’est plutôt agréable !

A l’image de celui qu’il avait fourni pour La La Land, Damien Chazelle nous offre un travail de l’image qui est plus que réussi. Le jeu des couleurs et les plans sont réellement magnifiques. Tous ont des airs de tableaux, qui pourraient être extraits sans aucun soucis.

La bande son est également intéressante et très immersive. Si elle nous transporte grâce à de la musique, des dialogues et des bruitages, elle impose également le silence le plus complet aux moments les plus propices. Composée par Justin Hurwitz (on ne change pas une équipe qui gagne), la bande originale prend quelques fois des airs de jazz qui nous font sourire.

En définitive, First Man est, sans aucun doute, un bon film. S’il peut sembler un peu long (il fait quand même 2h20), cela se justifie par le nombre d’informations à traiter. First Man ne sera pas le chef d’oeuvre de l’année, mais saura tout de même vous faire passer un bon moment !

 

Bande annonce

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.