Connect with us

INTERVIEWS

L’UN DANS L’AUTRE : Rencontre avec les acteurs Stéphane De Groodt, Louise Bourgoin, Aure Atika et du réalisateur Bruno Chiche – Interview

Published

on

L'un dans l'autre

A l’occasion de la sortie du film L’UN DANS L’AUTRE, EspritCine a rencontré les acteurs Louise Bourgoin, Stéphane de Groodt et Aure Atika, ainsi que le réalisateur Bruno Chiche.

 

« C’est un jeu d’illusionniste »

 

Le film parle de l’échange d’un esprit. Certaines fois, l’on se demande qui réagit… C’est perturbant pour le spectateur…

Bruno Chiche : C’est normal. Avec Louise et Stéphane on a parié sur quelque chose, et je suis heureux et fier de mes comédiens. C’est qu’a un moment donné, bien sûr on ne l’oublie pas totalement mais je pense qu’au final on l’oublie. Je vois, avec les réactions du public et les commentaires de gens, que dans les scènes comiques, l’on ne se pose plus du tout la question. C’est  un jeu d’illusionniste que l’on a fait avec le spectateur et ils ne sont pas du tout gênés.

 

« on se pose la question « c’est quoi un homme, c’est quoi une femme ? », c’est très relatif. »

 

Qu’est-ce que cela fait d’être une femme pour vous Stéphane, d’être un homme pour vous Louise ?

Louise Bourgoin : Moi je ne me suis pas vraiment posé la question en ces termes. Je me suis plutôt dit : « J’ai quelqu’un qui a 15 ans de plus que moi, qui est plutôt d’un bord politique opposé et cela va mettre un bazar monstrueux dans mon travail et occasionner tout un tas de changements ». Je me suis des fois dit que je jouais Jacques Chirac (rires)

Bruno : Je vais rectifier un peu Louise. Elle n’avait aucune gène pour se viriliser. Elle a fait des propositions assez radicales, et de temps en temps je lui disais « tous les hommes ne sont pas Jacques Chirac ».

Stéphane De Groodt : Quand nous on se pose la question « c’est quoi un homme, c’est quoi une femme ? », c’est très relatif. D’abord on a les deux en nous. Et puis une femme, quand vous prenez Josée Dayan ou Arielle Dombasle ce n’est pas pareil. Et puis ce qui s’est produit c’est ce qui se produit en chacun de nous. On a tous une part de féminité, nous hommes, et les femmes ont toutes une part de masculinité. C’est donc aller puiser au fond de soi-même. Plus que d’aller voir ce qu’est une femme dans le paysage sociétal. Et fondamentalement qu’est-ce qui différencie un homme d’une femme à part le physique ?

 

« Les personnages sont bien équilibrés »

 

Justement, est ce que cela a changer votre regard, après avoir interprété ce rôle ?

Louise : Moi, ce que j’ai remarqué a la lecture de beaucoup de scénarios de comédies, c’est que souvent je trouvais que le personnage masculin était plus drôle, plus complexe et mieux écrit que le personnage féminin que je trouve passe-plat. Et là, c’est plutôt bien équilibré.

Donc, ce tournage, c’est vraiment de tirer quelque chose du fond de soi que l’on ne connaissait pas ?

Stéphane : Bien sur, mais comme a chaque fois. Les émotions viennent du fond de soi et il faut aller les chercher. C’est aussi l’intérêt d’un bon réalisateur, nous forcer à aller chercher des émotions qui sont cachées en nous. On est acteur, mais en face de vous, on est très timide et pudique.

 

« Je me sers des apparences pour servir le propos du film qui est une comédie. »

 

Une grande importance est donnée à l’apparence dans le film. Est-ce qu’il s’agit d’une dénonciation du culte de l’apparence au niveau vestimentaire et de la beauté ?

Bruno : Honnêtement non. Je suis beaucoup plus basique que ça, mais en même temps dans ce genre de film, l’habit fait un peu le moine. Je me sers des apparences pour servir le propos du film qui est une comédie. Les costumes, ont les fais aussi pour les comédiens, pour les aider à incarner leur personnages. Mais de là à pousser à la dénonciation, non.

Louise : En revanche moi je me suis posé la question, en incarnant cet homme, face au miroir, du désir qu’il a pour elle. Et en étant ensuite dans son corps est ce qu’il se met à se désirer lui ? C’est plutôt pour charrier, mais ça ne va pas jusqu’à la dénonciation.

Bruno : Ce que dit Louise est vrai. Ce n’est pas une dénonciation. Mais le personnage de Louise au début est timide, elle est réservée et ne propose pas une image flamboyante de sa féminité. Mais en revanche quand Louise joue l’homme qui est en elle, elle s’amuse. Nous les hommes, on n’a pas grand-chose pour s’amuser vestimentairement parlant.

Stéphane : Encore que l’homme, maintenant fait beaucoup plus attention à lui et il existe de plus en plus de produits  de « beauté » différents pour les hommes. Et puis il y a les bagues, les bracelets… Et c’est une part de féminité en quelque sorte.

 

« Un projet cinématographique, c’est un ensemble de choses »

 

Louise avait déjà dit qu’elle voulait un rôle masculin, mais qu’est-ce qui vous a convaincu, vous, Stéphane et vous Aure dans vos rôles respectifs ?

Aure : Moi d’une part c’était la rencontre avec Bruno. Et ce qui m’a convaincue, outre le fait que j’ai adoré l’histoire mais que j’étais jalouse du rôle de Louise, c’est la scène du dentiste. J’ai lu cette scène et je me suis dit « ah je vais pouvoir m’amuser ».

Stéphane : On accepte un projet mais c’est au final un ensemble de choses. L’histoire, le rôle, les personnes avec lesquelles on va passer du temps. La vision du réalisateur compte aussi beaucoup. Il y a plein de choses qui rentre en ligne de compte…

Bruno, comment s’est fait le choix des acteurs ?

Bruno : Pour être tout à fait honnête, ça a commencé par Louise. Je l’adore, c’est une actrice très particulière dans le paysage car elle ne ressemble à personne. C’est une vraie personnalité. Mes acteurs sont 4 personnalités. Déjà, le film étant une comédie vaudevillesque, je voulais 4 acteurs intelligents. Ca parait bete mais c’est vrai. Ensuite avec Louise, je ne voulais pas un bellâtre, mais quelqu’un qui respire l’humour et le charme. Et je trouve qu’il forme un couple magnifique. Ensuite, j’adore Aure, je suis fan depuis toujours. Et PEF, c’est un acteur que je connais depuis longtemps.

Le film est dédié à Joseph, qui Est-ce ?

Bruno : Il s’agissait de mon filleul, qui est décédé…

 

Découvrez la bande-annonce et notre Critique de L’UN DANS L’AUTRE ICI!

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *