Connect with us

RECAP

Fast & Furious : Retour sur la saga – RECAP #2

Published

on

Fast & Furious

Fast and Furious est l’une des plus longues sagas du cinéma… Qui aurait pensé en 2001 qu’elle aille jusqu’au numéro 8 ?

Fast & Furious

Fast & Furious

Fast and Furious – Un film de voitures à la mode

 

Au début des années 2000, le Tuning fait rage et le producteur Neal. H Moritz décide donc de surfer sur cette vague pour pondre un long-métrage qui montre cette nouvelle mode. De ce fait, le premier opus débarque en 2001 dans les salles obscures et c’est un véritable succès au cinéma. Bizarrement, je me souviens peu de la sortie du film mise à part de l’affiche. Fast and Furious s’inspire très largement de « No Man’s Land » avec Charlie Sheen et embarque avec lui un casting de jeunes comédiens, qui, pour la plupart vont être propulsés au rang de superstars (Vin Diesel, Michelle Rodriguez et Paul Walker).

Réalisé par Rob Cohen, un habitué des films à grands spectacles (Daylight), le premier volet de cette longue saga est une série B très sympathique qui mise tout sur l’action, les belles voitures et surtout le tuning. Toutefois, le scénario est mis de côté et ça sera comme cela pour les deux opus suivants.

 

Fast & Furious 2

Fast & Furious 2

2 Fast 2 Furious – La concrétisation du succès

D’ailleurs, le succès de ce premier film donnera naissance un an plus tard à une suite intitulée 2 Fast 2 Furious. Cette fois-ci au revoir Vin Diesel et Rob Cohen qui tournent au même moment le blockbuster « xXx » et bonjour Paul Walker qui est dorénavant le nouveau symbole de cette franchise. Cette séquelle est un franc succès au cinéma, faisant un démarrage canon au Box Office, cependant, elle est massacrée par la critique pour son scénario très minimaliste. En effet, le résultat final est pire que le premier film.

Tout est misé sur le Tuning qui est alors à son apogée. Paul Walker ne porte pas à lui seul le long-métrage et est éclipsé par son partenaire Tyrese Gibson qui rajoute l’humour qui manquait à la franchise. Je dois avouer que c’est le premier Fast que j’ai vu et à l’époque, je trouvais cela assez impressionnant, surtout la première séquence du film avec la course dans les rues désertes de Miami. La réalisation soignée de John Singleton (Boyz N The Hood) donnait un certain cachet au film, ce qui de ce côté le rend meilleur que le premier opus. Toutefois, je l’ai revu dernièrement et c’est un véritable nanar. Effectivement, la réalisation est peut-être top, mais le reste est tellement ridicule. Je trouve que c’est le volet qui a le plus vieilli.

 

Fast & Furious 3

Fast & Furious 3

Fast and Furious : Tokyo Drift – Dérapage incontrôlé

Tokyo Drift, le troisième film débarquera que bien plus tard dans les salles de cinéma. Et il faudra attendre près de cinq ans pour voir ce nouveau long métrage qui mettra en danger la saga. En effet, Tokyo Drift veut donner une nouvelle vision de l’univers de Fast and Furious. Le Tuning étant passé de mode, Neal H Moritz décide trouver une nouvelle idée pour ce volet. Il se renseigne donc sur le drift qui devient le point de départ de ce dernier volet de la trilogie avant le second souffle que connaîtra cette saga en 2009.

Nouveau casting, nouveau réal, le long-métrage aurait pu être une réussite. Malheureusement, il est le plus faible de la saga et le public le montre puisque Fast and Furious : Tokyo Drift est un échec sur le sol américain rassemblant un peu moins de 63 millions $ pour un budget avoisinant les 85 millions $. En France, il en est de même, car le film est en dessous de la barre du million d’entrées. Ce dernier est handicapé par son casting, sa réalisation parfois brouillonne et par son scénario raté. Rien n’est vraiment intéressant dans cet opus. Cependant, on retiendra le caméo de Vin Diesel, qui a décidé de revenir faire un clin d’œil à condition qu’Universal garde les droits de Riddick. Cette dernière séquence permet de raviver la flamme de la saga et espérer un retour aux sources dans un potentiel quatrième film.

 

Fast & Furious 4

Fast & Furious 4

Fast and Furious 4 : La Résurrection de la franchise

Alors que l’on pensait la franchise enterrée voici qu’elle renaît de ses cendres en 2009. En reprenant le casting original, Neal H Moritz détient la poule aux œufs d’or et permet aux comédiens des premiers films de se refaire une carrière non-négligeable. Il est clair que l’on avait un peu oublié Michelle Rodriguez et Paul Walker qui ont enchaîné pas mal de bides au cours des années 2000. Tandis que Vin Diesel voyait sa carrière petit à petit s’essoufflait, le faisant passer pour un acteur limite has been.

Le long-métrage continue là où le premier volet s’est arrêté, mais intègre des éléments du second opus. Même si on retrouve l’ambiance du premier film, il y a quelque chose de changer de cette nouvelle aventure. On abandonne le tuning, le scénario est plus soigné et les courses de voitures laissent place à l’action pure et dure. Et nous pouvons avouer que Justin Lin, le réal du précèdent film s’en tire plutôt bien et nous fait oublier son travail décevant qu’il avait pu opérer lors de Tokyo Drift.

 

Fast & Furious 5

Fast & Furious 5

Fast and Furious 5 – Le renouveau de la franchise

Mais c’est avec Fast & Furious 5 que la saga change totalement de registre avec l’ajout de The Rock au casting. Ce dernier est un booster de franchise et le prouve une nouvelle fois avec cette cinquième aventure, qui, comme le précèdent film est un énorme succès au box office et permet de donner un nouveau souffle à la saga. Le long-métrage est plus long, les cascades sont époustouflantes bien qu’irréalistes par des moments. On suit un file rouge qui sera dévoilé dès le sixième film. Bref, cette nouvelle épopée est bien meilleure, plus adulte, et plus, sombre que la précédente qui jouait plus sur les modes.

Fast & Furious 6

Fast & Furious 6

Fast and Furious 6 – Une franchise bien installée

En fracassant le Box Office une nouvelle fois avec un démarrage record pour la franchise . Et en dévoilant une scène post générique mystérieuse faisant revenir un personnage emblématique, il était clair que Fast 6 devait arriver. Pour la petite histoire, ce dernier film était déjà prévu même avant la sortie du cinq. En effet, le scénario du précèdent volet était apparemment bien trop long pour que cela tienne dans un seul et même film. Ainsi, les producteurs et Vin Diesel ont donc pris la décision de diviser le script en deux parties.

Et c’est deux ans plus tard que le nouveau volet déboule dans nos salles. Copie conforme du cinquième film, Fast 6 ne démérite pas et impose une nouvelle fois son changement de ton. Le surplus d’action, le scénario bien tourné et le lien véritable avec le troisième film font de lui le volet le plus efficace de la franchise et pour le moment, le meilleur. Même si je dois avouer qu’il existe quelques longueurs qui auraient pu être évitées.
Avec ce long-métrage, la boucle est bouclée et la séquence post-générique reprend l’une des scènes importantes du numéro trois.

 

Fast & Furious 7

Fast & Furious 7

Fast and Furious 7 – Le deuil de la famille

La suite, vous la connaissez, Fast 7 est prévu pour Avril 2014 et Fast 8/9/10 sont en préparation. Justin Lin, quitte la saga pour réaliser le nouveau Jason Bourne et James Wan (Insidious) le remplace derrière la caméra. Tout se déroule pour le mieux. Les premières images sont assez spectaculaires, cependant, à quelques semaines de la fin du tournage, Paul Walker meurt lors d’un terrible accident le 30 Novembre 2013. Universal décide d’annuler la production avant de trouver une solution pour continuer ce dernier film. Vin Diesel a été d’un redoutable appui pour que ce dernier opus prenne forme et sorte dan les salles obscures. Mais en contrepartie, les volets 9 et 10 sont annulés.

Le scénario est modifié afin de faire disparaître petit à petit Walker. Du héros qui devait être, son personnage devient un second couteau efficace. Son petit frère qu’il le ressemble, très fortement, le remplace pour les scènes qu’il n’a pas pu jouer.
La fin du film est totalement changée, faisant place à un hommage bouleversant. Diesel et Walker se suivent en voiture et prennent deux voies différentes. Tandis que l’un se dirige vers Fast and Furious 8, l’autre va vers le paradis.

Le septième film est pour le moment le plus gros succès de la saga, établissant un démarrage record à plus 140 millions $ sur le territoire US. Le milliard est franchi au niveau mondial assez rapidement. Les critiques sont élogieuses et les producteurs envisagent de remettre en place un Fast 8/9 et 10.
Alors qu’une partie du scénario du huitième opus avait été écrite, la mort de Paul Walker le modifia indéniablement.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *