Connect with us

CRITIQUE

DADDY COOL : Un film bon enfant ! – La Critique

Published

on

Daddy Cool

EspritCine était à l’avant-première du film DADDY COOL de Maxime Govare avec Vincent Elbaz et Laurence Arné. La sortie est prévue pour le 1er Novembre prochain !

 

Avant de vous parler du film et de ce que j’en ai pensé, voici le résumé du film : Adrien est un gamin de 40 ans. Maud, 35 ans, finit par le quitter car elle souhaite fonder une famille. Pour tenter de la reconquérir, Adrien monte dans le futur ex-appartement commun une crèche à domicile ! Le début d’une expérience éducative particulière…

 

Une histoire pas si classique dans le fond

 

L’histoire de DADDY COOL peut paraître assez bateau : une comédie française où une personne (ici Adrien joué par Vincent Elbaz) s’occupe de garder des enfants. Un métier dont il ne connaît absolument rien et qui donnerait lieu à des quiproquos et situations loufoques. Mais ce film n’est pas que ça, et c’est là la différence ! En effet, l’histoire avec les enfants est un peu le prétexte pour parler des histoires d’adultes. Séparation, nouvel amour, remise en question, réconciliation… Vous trouverez aussi tout ceci dans ce film qui pour moi, fut l’une des bonnes surprises de cette rentrée ! Il faut bien l’avouer, au vu de la bande-annonce, je n’attendais pas grand-chose de ce DADDY COOL. Un sourire pourquoi pas…

 

Un humour enfantin… mais pas que !

 

L’humour dans DADDY COOL, peut paraître enfantin. Ça l’est, je ne vais pas vous mentir. Mais ce n’est pas seulement cet humour-là ! Il y en a plusieurs formes notamment grâce aux gags visuels très réussis (j’ai eu un fou rire particulièrement à un moment). Mais aussi un humour plus adulte qui n’est pas à la portée des plus jeunes. Tout ceci permet de passer un très bon moment pendant 1h40, et d’avoir le sourire. Surtout quand Adrien s’occupe des enfants en se disant qu’une catastrophe n’est jamais très loin ! Et je suis sûr que certaines scènes sont réalistes et ont pu arriver à certains parents ou à certaines nounous à domicile !

 

Des personnages bien écrits

 

Parlons de l’autre point fort de ce film : les acteurs qui jouent des personnages très bien écrits. Commençons par les enfants : ils sont irrésistibles ! A chaque scène, je craque totalement devant tant de sincérité. On se demande s’ils jouent ou s’ils sortent les phrases sans réfléchir. C’est mignon et drôle de les voir donner la réplique à Vincent Elbaz. Justement parlons-en ! Il est vraiment très bon. Le voir jouer l’éternel ado dans un corps d’homme face à des enfants, c’est assez sympathique. Il comprend plus ou moins certaines choses de la vie et de la sienne en l’occurrence. L’acteur ne reste pas seulement dans le registre comique. Et le duo/duel qu’il forme avec Laurence Arné est aussi excellent. Elle s’en donne à cœur joie pour détester son ex tout en aimant son nouvel amoureux (très bien joué par Grégory Fitoussi, inhabituel dans le rôle du mec parfait) et détester aussi son activité qui lui donne du mal pour travailler (elle est dessinatrice à domicile), avant de s’en servir pour créer !

Les autres acteurs sont tout aussi bons dans leurs rôles respectifs. Voir Vanessa Demouy (que l’on a pu vu depuis un petit moment maintenant), Bernard Le Coq, Axelle Laffont ou encore Michel Leeb dans un même film, l’on ne s’y attend pas !

 

Conclusion

 

En conclusion, DADDY COOL est l’une des bonnes surprises de la rentrée pour ma part, que je vous conseille ! Si vous êtes jeunes parents, ça va aussi vous faire rire. Ne vous fiez pas totalement à la bande-annonce. Oui elle donne le thème principal du film mais il faut aller plus loin. Ce n’est pas seulement ce que vous voyez ! Et les blagues dans le film sont encore plus drôles, ce qui est rare pour le souligner !

 

Découvrez notre Interview du réalisateur Maxime Govare et des acteurs Laurence Arné et Jean-François Cayrey

 

Continue Reading
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

CRITIQUE

Maryline : Une fresque vivante – La Critique

Published

on

Maryline

Guillaume Gallienne nous livre une fresque vivante qui prône le déterminisme !

 

EspritCine était à l’avant première de Maryline , réalisé par Guillaume Gallienne avec Adeline D’hermy de la comédie française.

 

Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. A 20 ans, elle monte à Paris pour devenir comédienne. Mais elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. C’est l’histoire d’une femme, d’une femme modeste, d’une blessure.

 

« Une performance d’actrice époustouflante »

 

La première chose qui nous marque dans Maryline est l’interprétation de l’actrice Adeline D’Hermy. La jeune femme incarne son personnage avec un réalisme brut et touchant. On assiste à la vie de Maryline comme si celle-ci était notre voisine, notre collègue ou notre amie. On parvient à créer une proximité presque intime entre le spectateur et Maryline. Ses déboires, ses espoirs, ses rêves nous semblent familiers mais aussi lointains…

La performance d’actrice d’Adeline D’Hermy est donc indiscutable au point que l’on ne puisse voir une autre actrice interpréter ce rôle! Néanmoins les personnages secondaires ne sont pas en reste puisqu’ils sont tous importants dans l’histoire et complets. Chaque personnage a sa place au sein du film. Un petit plus pour le personnage de Vanessa Paradis, pleine de bonté et de sentiments.

 

« Ce sont les mots qui dirigent la mise en scène »

 

Avec Maryline , on voyage dans l’univers artistique, que ce soit le théâtre ou le cinéma. On assiste au tournage d’un film ou aux répétitions d’une pièce de théâtre avec ses avantages, ses inconvénients et ses surprises! On a donc une mise en scène à tendance théâtrale au sein même du film, mise en scène qui parfois trouble le spectateur jusqu’à se jouer de lui.

Néanmoins tout n’est pas dans l’image mais aussi dans les paroles, les mots. Ou en l’occurrence avec Maryline, l’absence de mots. Celle ci parvient difficilement à trouver les mots pour réussir, se défendre, s’exprimer. Les mots ne sont plus une arme pour elle mais une malédiction. Gallienne nous montre alors que la parole est essentielle dans la société , indispensable même. Les mots ont donc plus d’impact que les actes?

 

« Un film violent et brutal sur les réalités de la vie d’une femme »

 

Maryline est surtout un film qui prône le déterminisme. Chaque choix que Maryline fait, chaque action et chaque parole qu’elle s’accorde l’amène à une situation propre et déterminée. La succession de tout les événements vécus volontaires ou non, la conduit à ce résultat. Lequel? Pour le savoir il vous faudra aller voir le film…

En dehors de cette volonté de la part du réalisateur, on peut voir Maryline comme un film violent et brutal. Une violence et une dureté sur la condition et la situation de la femme. Dans sa vie, Maryline va devoir traverser des épreuves et les affronter différemment en tant que femme! Que ce soit les déboires, les échecs, les preuves, la confiance. Tout se mérite et tout est à prouver pour elle. Entre le rapport à la famille compliqué, les amis inexistants, les collègues imbuvables, Maryline va devoir se faire une place seule et sans arme cela va s’avérer difficile…

Une violence dans la vie professionnel ou privée qui demeure toujours d’actualité. Maryline est un film moderne!

Guillaume Gallienne nous livre ici un film touchant, brut, qui pose les bonnes questions sur certains problèmes de société. Il faut dire qu’il a été bien accompagné avec son actrice principale qui nous livre une prestation aussi réaliste qu’efficace! On ne sort pas indemne de ce film, les sentiments et les émotions chez le spectateur se bousculent. Maryline est avant tout un film qui vit et qui fait vivre!

 

Bande Annonce

 

Vous aussi, donnez votre avis sur ce film

Quel nom doit être affiché avec votre avis ?
Quel titre devrait être affiché avec votre avis ?
Caractères restants: 300

Continue Reading

CRITIQUE

JUSTICE LEAGUE: Un film à la hauteur de nos attentes – La Critique

Published

on

Justice League

« La mise en place des héros est intelligente, courte et efficace » – Justice League

 

Justice League est enfin dans nos cinémas! Après une trop longue attente, nous y sommes. Partez du principe que nous avions une exigence très particulière car nous sommes des passionnés.

Même s’il n’est pas parfait, le contrat est rempli. Effets spéciaux, scénario, on est dedans! La mise en place des héros est intelligente, courte et efficace. L’essentiel y est dit sans rentrer dans des émotions futiles qui ne rentrent pas dans la nouvelle DC Universe.

Après les événements de Batman V Superman, Bruce Wayne recrute une équipe de personnes extraordinaires aux côtés de Diana Prince alias Wonder Woman. Une menace gronde, plus proche qu’ils ne l’imaginent. Ainsi, Batman, Wonder Woman, Aquaman et Cyborg tentent de sauver le monde d’une menace apocalyptique… Il y a t’il réellement une solution?

 

Justice League

Justice League

« le potentiel d’ Aquaman n’est pas assez développé » – Justice League

 

Equipe solide et complémentaire, la Justice League se forme et nous promet un avenir des plus intéressants. Pourquoi? La Warner parle depuis longtemps de développer un nouvel héros et là nous avons notre réponse. Ferris Air par ci, une couleur verte par là, des anneaux magiques et rayonnants … ça sent bon le Green Lantern! Puis, la production introduit les héros de façon succincte mais suffisamment développée afin de retravailler le tout dans les films solos. Sans compter les nombreuses pistes que nous laisse le réalisateur sur les aventures du Batman. On vous laisse découvrir tout ça. Si vous ne les voyez pas, n’hésitez pas à nous envoyer un petit email on en parlera !

Sur le casting on y est également. Gal Gadot est aussi magnifique que talentueuse, Ezra Miller est une excellente surprise, Ray Fisher colle à 2000% au personnage et Aquaman est aussi badass que musclé. Cependant, le potentiel d’ Aquaman n’est pas assez développé. Un goût d’inachevé reste à la fin du film.

 

« Restez bien vissé à votre siège jusqu’à la fin du générique » – Justice League

 

Il y a vraiment deux énormes bémols. Pour ceux qui l’ignorent, Zack Snyder a réalisé une très grande partie du film mais malheureusement, pour des raisons familiales, il n’a pas poursuivi son travail. Et à notre plus grand malheur, c’est Joss Whedon qui a finalisé le long métrage. Ce changement a totalement changé la donne. Et ça se voit!!! Les reshoots ce ne sont manifestement pas super bien passés puisqu’à chaque présence de Superman, son visage est difforme. Est-ce vraiment Henry Cavill dans ce beau costume? A mon avis non! Deuxième bémol: le patriotisme final qui mène vers un monde de bisounours. Mais whyyyyyyyyyyyyyyyyyy? le film est sombre de bout en bout et là des petites fleurs toutes mignonnes. Mais non!

Enfin bref. Petit conseil, restez bien vissé à votre siège jusqu’à la fin du générique, vous ne serez pas déçu. Deux scènes post générique s’offrent à vous. Une première plutôt marrante, et une deuxième E-X-T-R-A-O-R-D-I-N-A-I-R-E! Elle nous présente ainsi le grand méchant du film solo Batman, mais également un indice phare sur la suite de tous les films.

Justice League est un excellent film, à la hauteur de nos attentes. A voir absolument!

 

Dernier avis des internautes

Non, Justice League n’est pas parfait entre les reshoot abusifs, une bande originale dès plus banale et un manque total de noirceur qui est si cruciale dans un DC. Heureusement les petits nouveaux (Cyborg, Flash et Aquaman) s’en sortent plutôt bien avec en plus de l’action badass comme on aime.

Vous aussi, donnez votre avis sur le film

Quel nom doit être affiché avec votre avis ?
Quel titre devrait être affiché avec votre avis ?
Caractères restants: 300

Continue Reading

CRITIQUE

LE BRIO : Un film maîtrisé – La Critique

Published

on

Le Brio

EspritCine était à l’avant-première du film LE BRIO, d’Yvan Attal, avec Daniel Auteuil et Camélia Jordana. Sortie au cinéma prévue le 22 novembre !

Avant de donner mon opinion et d’analyser un peu le film, voici l’histoire : Neïla Salah rêve de devenir avocate. Inscrite a l’université d’Assas, elle se retrouve confrontée dès le premier jour à Pierre Mazard. Ce dernier est un professeur reconnu pour ses dérapages et ses provocations. Le courant ne passe pas avec Neïla, et pour se racheter une conduite, il doit présenter cette dernière au concours d’éloquence… Il pourrait ainsi devenir son mentor et la faire progresser. Encore faut-il qu’ils arrivent à dépasser chacun leurs préjugés…

 

LE BRIO – Un thème prétexte a l’histoire personnelle

 

Si comme moi, l’éloquence ne vous parle pas beaucoup ou ne vous motive pas plus à aller voir le film, rassurez-vous : c’est juste un prétexte ! Car au final ce sujet n’est que peu traité. C’est, comme je le dis plus haut, un prétexte pour servir l’histoire entre les deux personnages principaux que sont Daniel Auteuil et Camélia Jordana, et pour servir aussi leurs propres histoires personnelles et les faire évoluer. De plus, le petit bémol que je donnerai sur ce thème choisi serait les monologues. Certaines parties sont longues voir un peu compliquées à suivre certaines fois (oui, pour l’éloquence, l’on est obligé de bien parler, de faire des contres vérités qui emmènent à la vérité et j’en passe…)

 

LE BRIO – Une histoire d’actualité

 

Clairement, le sujet de fond de ce long métrage est d’actualité. Plusieurs sujets, je trouve, se chevauchent d’ailleurs. L’histoire d’une personne de nationalité différente qui se prend des paroles racistes et déplacées, tout le monde a déjà entendu parler au moins une fois de ça. Ici, cela se situe dans une école, mais dans n’importe quel domaine cela a lieu ! Un autre sujet, universel lui aussi, est abordé dans LE BRIO. Comment atteindre ses objectifs quand le parcours est semé d’obstacles ?. Nous allons suivre Neïla dans ce parcours avec tous les obstacles qu’elle doit affronter. Arrivera-t-elle à son but ? Entre le prof provocateur (voire raciste) qui ne l’aime pas, le fait qu’elle ne soit pas de nationalité Française et qu’elle vienne de la cité alors qu’elle souhaite devenir avocate elle aura fort à faire ! Mais ce film est vraiment porteur d’espoir dans le message délivré, mais chut, je n’en dis pas plus….

 

LE BRIO – De bons acteurs pour des personnages bien dessinés

 

L’autre point fort de ce film : les acteurs ! Pas mal de films en ce moment qui ont des sujets classiques dans le fond sont sauvés par les acteurs ! Et c’est encore une fois le cas ici. Daniel Auteuil n’a, au vu de sa carrière, clairement plus rien à prouver. Il s’en donne à cœur joie en professeur détestable (du moins au début) et il est totalement crédible ! Et l’éloquence justement, lui va bien je trouve ! Camélia Jordana, qui est encore au début de sa carrière d’actrice, va aller loin ! Elle est aussi très convaincante dans son rôle et elle fait preuve de beaucoup de caractère qui se voit à l’écran ! On a l’impression qu’elle peut jouer beaucoup de partitions différentes avec justesse…

En conclusion, LE BRIO est un film maîtrisé. Il n’apporte rien d’innovant au paysage cinématographique, les thèmes étant déjà vus. Mais les acteurs sont vraiment bons dans leur rôle. Un film pas essentiel, mais qui se suit avec plaisir !

 

Retrouvez notre interview vidéo et écrite de Yvan Attal

Continue Reading

Récents

Tendances